Le patron a une fois de plus raison

Une deuxième finale, un deuxième résultat semblable. David Ferrer contre le patron, Rafael Nadal. Une fois de plus, c’est le patron qui a eu raison, en deux manches toujours, 6-2, 6-4. Toutefois, si le premier set, qui avait pourtant commencé avec deux jeux accrochés et du beau jeu, s’est terminé en queue de poisson, le deuxième, après avoir donné au départ l’impression que ce serait une autre facile pour Rafa, a finalement été accroché et disputé et, somme toute, intéressant.

 

Après le premier bris de la première manche, j’étais de ceux (et je suis sûre que nous étions nombreux) qui, à voir aller David Ferrer, croyaient qu’il avait baissé les bras. Avec deux bris de retard, il s’est toutefois accroché et a récupéré un premier bris, pour finalement le (re)perdre au jeu suivant. Nadal s’est donc rapidement imposé 6-2 et a brisé d’entrée à la deuxième manche. Les jeux semblaient faits.

 

Abandonner, David Ferrer? Que nenni! Il a semblé fouetté par ce bris et s’est accroché comme un damné pour remporter son deuxième jeu de service, avant de briser Rafa et de remporter les deux jeux suivants. Toutefois, la machine de Majorque a remis les pendules à l’heure au jeu suivant, malgré que Ferrer ait sauvé 3 balles de bris. Ferrer a bien eu ses chances, mais encore une fois, Nadal s’est avéré trop fort.

 

En capturant ce sixième titre à Barcelone, Rafael Nadal est devenu le premier joueur de l’Ère Open à remporter deux tournois à 6 reprises. Un autre exploit pour le roi de la terre battue, qui encore une fois trouve son salut sur sa bien-aimée terre rouge. Il n’a pas perdu un match sur terre battue en avril depuis 2005 et, avec cette victoire, il a poussé à 34 sa série de victoires consécutives sur cette surface, sa deuxième meilleure série du genre (même si loin de ses 81 victoires consécutives). Il est également maintenant seul au troisième rang pour les titres sur terre battue et, avec 45 titres, il n’est qu’à deux de Rod Laver et du 11e rang.

 

Les questions : quelqu’un le vaincra-t-il sur l’ocre cette année et, si oui, qui?

2 Commentaires

Classé dans ATP500, David Ferrer, Rafael Nadal, Tennis espagnol

2 réponses à “Le patron a une fois de plus raison

  1. virgilou

    @Caro
    N’importe qui… je me contenterai de n’importe qui!
    Joyeux souper de Pâques à tous.

  2. @ Virgilou

    Dans mon cas, c’est beaucoup de curiosité surtout. Est-ce que quelqu’un va y arriver cette année?

    @ Tous

    Aperçu de la semaine en ligne!