Une vraie leçon de vrai tennis

Il y a 21 ans, la première finale du tournoi d’Estoril mettait aux prises l’Espagnol Emilio Sánchez (Vicario) et l’Argentin Franco Davín. Sánchez l’avait alors emporté 6-3, 6-1, en plus de mettre la main sur le titre en double avec son partenaire Sergio Casal, avec qui il a plus tard fondé une des meilleures écoles de tennis au monde. Aujourd’hui, les rôles ont été inversés, dans une autre finale entre un Espagnol et un Argentin. Cette fois, c’est le Sud-Américain qui a eu le dessus, et Franco Davín, premier finaliste malheureux du tournoi, n’est pas étranger à cette victoire puisqu’il est depuis 3 ans l’entraîneur de Juan Martín del Potro, vainqueur aujourd’hui de Fernando Verdasco par la marque de 6-2, 6-2. Une réelle leçon de tennis servie par le Gentil Géant.

 

Si on se fie aux propos tenus par Verdasco suite à sa deuxième défaite en quelques jours face à Milos Raonic, à Memphis, seul le tennis sur terre battue peut être considéré comme du « vrai tennis », ce qui m’amène à penser que la victoire de del Potro contre lui aujourd’hui a été une « vraie leçon de vrai tennis » tant la Tour de Tandil a dominé ce match de bout en bout. Le seul premier jeu aurait pu être un indicateur, alors que l’Espagnol a été brisé d’entrée, mais Delpo lui a rendu la politesse au jeu suivant. C’est la seule fois du match où il aura été brisé. Par la suite, ça s’est avéré être un véritable derby de démolition de la part de l’Argentin, tant du coup droit que du revers, mais également au filet, où Delpo a vraiment excellé.

 

De frappes incisives en jeux intelligents, l’Argentin a forcé Verdasco pendant tout le match à jouer de façon de plus en plus agressive pour tenter de glaner des points, ce qui s’est avéré fatal pour l’Espagnol. En effet, à devoir constamment forcer le jeu, Verdasco a commis un très grand nombre de fautes directes, mais tout le crédit revient vraiment à son adversaire, qui le poussait à les faire.

 

Domination complète de la part de del Potro, donc, qui remporte ainsi son deuxième titre de l’année avec cette victoire de 6-2, 6-2, et son troisième en trois finales sur terre battue. Avec ce titre, il devient le quatrième Argentin à remporter le tournoi d’Estoril (David Nalbandian – 2002 et 2006 – Juan Ignacio Chela – 2004 –  et Gastón Gaudio – 2005 – ayant été les autres) et sera tout près, sinon à l’intérieur du top 30 dès la sortie du prochain classement. Une victoire bien méritée pour un joueur qui, n’en doutons pas un moment, devrait, à ce rythme, revenir à sa véritable place, dans le top 5, très rapidement.

 

Davydenko et Djokovic complètent la « journée 3D »

Del Potro, Davydenko, Djokovic. Trois D, les trois en finale, et les trois titrés. Davydenko l’a fait de brillante façon, à Munich, en triomphant de Florian Mayer en trois manches,  6-3, 3-6, 6-1. Bien qu’il semblait un peu fatigué au deuxième set, Davydenko a réellement été le meilleur des deux joueurs sur le terrain et remporte ainsi son 21e titre en carrière, et au moins un titre pour une neuvième saison consécutive. J’espère que nous commençons enfin à revoir le Davydenko régulier d’avant sa blessure au poignet!

 

Finalement, à Belgrade, Novak Djokovic a porté à 29 sa série de matchs sans défaite en étant vainqueur du coriace Feliciano López 7-6(4), 6-2. Tout le crédit à l’Espagnol, qui ne s’est pas laissé déconcentrer par les facéties du Serbe, qui a vraiment mis le paquet de ce côté durant tout le match, à coup de cris, de gesticulations en tous genres et d’applaudissements sur les erreurs de Feli. On ne peut tout de même qu’admirer cette séquence victorieuse.

 

Je serai de retour plus tard avec les choix de pool de tous les participants et les quatre résultats du jour à Madrid, chez les hommes. Pour l’instant, nous n’avons que des surprises.

17 Commentaires

Classé dans ATP250, David Nalbandian, Feliciano Lopez, Fernando Verdasco, Florian Mayer, JM Del Potro, Juan Ignacio Chela, Nikolay Davydenko, Novak Djokovic, Tennis argentin, Tennis espagnol

17 réponses à “Une vraie leçon de vrai tennis

  1. GG

    Et moi je risque de démarrer sur les essieux pour ce qui est du pool… Pas ma journée mais il y en aura d’autres.

  2. C’est pas la journée des favoris, GG. Vraiment, juste des surprises en 3 matchs et si Juan Mónaco ne se ressaisit pas, on va être 4 en 4 et j’aurai perdu 2 joueurs.

  3. GG

    Tsonga qui sort Almagro
    Giraldo qui fait la même chose avec Dolgo
    et Garcia qui sort Stan….

    Le tournoi vient à peine de débuter que j’ai déjà 1 joueur en moins sur huit… J’en aurais eu 2 si j’avais pu inscrire Almagro.

    Je confirme également que DelPo a joué du tennis superbe aujourd’hui. Rien à voir avec le jeu de son adversaire Verdasco qui aurait intérêt à se taire de ces temps-ci et à se concentrer davantage sur son jeu. Le premier joue comme un top 3. Il a été tout simplement génial. J’ai particulièrement apprécié son jeu au filet qui a été éblouissant. Le reste c’est le DelPo qu’on a vu avant sa blessure qui l’avait forcé à une absence prolongée.

  4. Aïe! 5-2 Golubev! Mais qu’est-ce qui se passe avec les favoris??

  5. Richard Bélec

    Je me joint à toi GG dans ce début de tournoi un peu plus curieux! J ai également perdu un joueur et sur le point de perdre un deuxième si Monaco ne se ressaisis pas!

    La débandade risque de se poursuivre pour moi dans ce tournoi encore une fois!

    Que j aime le tennis!! Lorsqu on pense que c est fini, il y a un revirement et puis vlan le vent tourne… la qualité des joueurs aujourd hui est très impressionnante et même si on est tête de série, et bien il ne faut rien prendre pour acquis!

    Bon Monaco qui brise enfin!

  6. Fiou! Mónaco passe! (Et dans mon cas, c’est pas une question de pool, mais bien d’un favori point.)

  7. jbsport

    Ben moi Monaco, c’est pour mon pool.😉
    Déjà que j’ai pas pris le bon en perdant mon dog à poule ou l’oeuf.

  8. madeje

    Déjà un de mes soldats morts. J’ai passé à un cheveu de Dolgo. Pas certaine de Milos misère🙄

  9. madeje

    :oups: de prendre

  10. @ JB

    Bon, j’ai aussi pris Pico dans mon pool, mais c’est parce que j’ai décidé de vivre et mourir aussi avec lui dans mon pool… pendant la saison sur terre battue.

  11. Et moi aussi, j’aurais dû y aller avec Giraldo. Poule de peu de foi que je suis, j’ai pris le mieux classé de mes poulains.🙄😆

  12. jbsport

    Dolgo, qui prend souvent la balle tôt, semble avoir un jeu mieux adapté aux surfaces dures.
    Même si on mentionne dans son ATP profile que sa surface favorite est la terre battue.

  13. jbsport

    Et Giraldo préfère le dur selon son ATP profile.

    Bravo au jeune Colombien.

  14. Richard Bélec

    un petit mot en passant – Stéphanie Dubois remporte un 8ième titre en carrière en battant Michelle Larcher de Brito par le compte de 1-6, 7-6, 6-1 au Challenger de Charlottesville

    Bravo Dubois

  15. @ JB

    Mais en bon Sud-Américain, c’est sur la terre battue que Giraldo a fait ses premiers pas, alors c’est un peu normal. Un peu comme Nalbandian et Delpo, qui préfèrent aussi le dur, mais sont très bons sur la brique pilée.

  16. jbsport

    Bravo à Dubois qui remporte le même niveau de tounois qu’il y a 6 ou 7 ans.
    Il en faut des 150ème au monde et elle en est une.
    J’ai justement regardé un de ses matchs il y a quelques jours via le site du tournoi.
    Son niveau de jeu et sa façon de jouer ne passera pas la rampe.
    Elle échange dans le milieu et sans variété. Du moins c’était ça dans le match que j’ai vu.
    RB, Merci de souligner sa perf.

  17. Résumé de la journée à Madrid et le choix de tous les poolers maintenant en ligne. Il ne me reste qu’à mettre le classement à jour et c’est fini pour aujourd’hui.😉