Roland-Garros : Vive les vétéranes et une belle équipe Cendrillon

Je sais, c’est rare que je parle de tennis féminin, mais la finale qui aura lieu samedi mettra aux prises deux vétéranes du circuit et ça vaut la peine de le souligner. Depuis le début du tournoi, ce sont ces joueurs et ces joueuses qui sont sur le circuit depuis de nombreuses années qui attirent mon attention et Li Na et Francesca Schiavone ne font vraiment pas exception à la règle.

 

Les deux joueuses, âgées respectivement de 29 et 30 ans (presque 31), se rencontreront en finale du simple féminin samedi. Pour Li, il s’agit d’une deuxième finale de Grand Chelem consécutive, elle qui s’était inclinée face à Kim Clijsters à Melbourne au début de l’année. Après une longue période creuse suite à cette défaite, période au cours de laquelle elle a dû à quelques reprises nier des rumeurs de retraite, mais aussi au cours de laquelle elle a mis de côté son mari en tant qu’entraîneur au profit de Michael Mortensen, le capitaine de l’équipe danoise de Fed Cup. Et cette décision lui a vraiment été salutaire.

 

En demies, Li a défait Maria Sharapova, qui était en quête d’un titre à Roland-Garros pour compléter son Grand Chelem en carrière, en deux manches de 6-4 et 7-5, un match dans lequel la grande Russe n’a vraiment pas été à son avantage, elle qui a eu nombre de difficultés avec les conditions venteuses du jour.

 

En finale, Li affrontera la championne en titre, l’Italienne Francesca Schiavone, qui a défait plutôt aisément Marion Bartoli, 6-3, 6-3. Schiavone a un jeu parfait pour la terre battue, où la variété de ses frappes est à son meilleur. Son plaisir à jouer est également vraiment très évident et samedi, avec elle et Li Na, nous aurons droit à une finale de cogneuses, certes, mais à une finale aussi très dynamique, les deux joueuses ne craignant vraiment pas de se porter à l’attaque.

 

Bref, des joueuses d’expérience qui montrent que le vin vieilli est encore une fois meilleur que les jeunes pousses.

 

J’aime bien les deux joueuses, mais j’avoue que j’aimerais voir Schiavo défendre son titre.

 

Double masculin : Mirnyi/Nestor contre Cendrillon

La finale de double masculin sera en partie inédite. Si l’an dernier, les deux paires finalistes étaient des équipes connues, cette année, une équipe surprise se retrouve en finale.

 

Tout d’abord, Daniel Nestor aura la chance de défendre son titre, lui qui avait, avec Nenad Zimonjic, remporté le tournoi l’an dernier (d. Dlouhy/Paes). Cette fois, c’est avec Max Mirnyi qu’il atteint la finale et jouera pour se mériter son 73e titre en carrière, lui qui a, au début du tournoi, mérité sa 800evictoire. Mirnyi, pour sa part, ira pour un 39e titre.

 

Mirnyi et Nestor ont, justement, défait Nenad Zimonjic et son partenaire, Michaël Llodra, en deux manches de 7-6(4) et 7-6(5). Un match serré, âprement disputé et, je crois, plutôt émotif pour le Canadien Nestor.

 

En finale, ils affronteront non pas les jumeaux Bob et Mike Bryan, mais la surprise du tournoi de double, soit le Colombien Juan Sebastián Cabal et l’Argentin Eduardo Schwank, qui ont défait les jumeaux numéros 1 mondiaux en deux manches de 7-6(4) et 6-3. Et quelle victoire ce fut pour les Sud-Américains! Une première manche très serrée, un bris d’égalité proprement disputé, puis une deuxième manche vraiment incroyable. Tirant de l’arrière 0-3, Cabal et Schwank sont revenus de ce déficit, remportant les 6 jeux suivants, et le match, pour se mériter leur première finale de Grand Chelem en carrière.

 

Schwank restait sur deux demi-finales perdues, mais dans le cas de Cabal, c’est une histoire encore plus jolie. C’est en effet son premier tournoi de double en carrière sur le grand circuit, lui qui, à ce jour, n’avait disputé qu’un seul match de double autre qu’en Challenger, soit en Coupe Davis. Et dès son premier tournoi, un Grand Chelem de surcroît, le voilà en finale. C’est également la première fois que les deux joueurs, qui sont également de bons amis, jouent en double ensemble. Notons également qu’Eduardo Schwank est le premier Argentin depuis 1946 (Enrique Morea) à atteindre la finale du double à Roland-Garros.

 

Équipe Cendrillon, vous dites?

 

Je ne sais pas dans quel état ils seront samedi, mais je leur souhaite que la nervosité passe rapidement et qu’ils profitent de cette chance. Ils partiront assurément comme grands négligés contre les deuxièmes têtes de série, des joueurs aux palmarès impressionnants. Toutefois, en toute honnêteté, je leur souhaite d’aller jusqu’au bout et de soulever le trophée des vainqueurs. Parfois, c’est bien quand les négligés gagnent!

6 Commentaires

Classé dans Bob/Mike Bryan, Daniel Nestor, Double, Eduardo Schwank, Francesca Schiavone, Grand Slams, Li Na, Maria Sharapova, Roland-Garros, Tennis argentin, Tennis canadien, WTA

6 réponses à “Roland-Garros : Vive les vétéranes et une belle équipe Cendrillon

  1. madeje

    Excellent commentaire. J’ai regardé les deux matches. Le vent était vraiment dérangeant. Je n’ai ecouté les commentateurs pour la raison que tu sais. Pas capabler d’entendre les decibels de Sharapova. Li a été plus solide. La victoire de Schiavone m’a fait plaisir. J’aime bien Li mais je préfère Francesca et ce serait bien qu’elle conserve son titre.

    Pour la demi masculine, je pourrai voir Nadal-Murray. Mais s’ils dépassent 3 manches, je suis foutue. Je ne verrai rien de Federer-Djoker. Dans ce temps là, je déteste la Bibliothèque. Je souhaite de tout mon coeur une victoire de Murray et de Federer.

  2. @ Madeje

    Si vous avez TSN2, ils repasseront les deux demies, probablement pas en entier, mais mieux que rien, à compter de 19h demain soir.

    Et merci!🙂

  3. jbsport

    @ Caro

    Enrique Morea était le DelPotro de son temps, si je me souviens bien, il est très grand.
    À 87 ans, il est encore président de l’association Argentine de tennis.

  4. @ JB

    T’es sûr pour l’AAT? Parce que ce n’est pas le nom que je lis quand j’en entends parler, mais bien celui de Arturo Grimaldi, qui est président de l’AAT depuis déjà deux ans.

  5. @ JB

    Avec une petite recherche qui confirme que je lis trop de nouvelles de tennis argentin😉 … conseil de direction de l’AAT.

  6. Et mon billet sur les demies masculines est en ligne.

    Vous pouvez tout de même y mettre vos commentaires à propos de celui-ci.