Wimbledon, le bilan – Nole, Jo, Bernard et quelques autres

Le troisième et avant-dernier Grand Chelem de l’année s’est terminé dimanche et j’en ai évidemment retenu de belles et de moins belles choses. Par conséquent, je vais m’attarder sur les belles. Bien sûr, il est difficile de revenir sur Wimbledon sans penser à ce que nous ont offert l’Open d’Australie et Roland-Garros, mais si les deux premiers Grands Chelems de l’année ont été marqués par les jeunes (Melbourne), puis par les vétérans (Paris), Londres m’aura marquée par des performances individuelles des deux côtés du spectre.

 

Novak Ier, le Djoker devenu roi

On ne peut évidemment pas parler de Wimbledon sans parler de Novak Djokovic, champion méritant et tout aussi méritant nouveau numéro 1 mondial. Si la finale contre Rafa Nadal dimanche n’a pas été le très grand match escompté, il n’en demeure pas moins que Nole a joué un tournoi incroyable malgré quelques petites baisses de régime contre Marcos Baghdatis et Jo-Wilfried Tsonga qui auraient pu laisser présager une toute autre tournure d’événements.

 

Toutefois, arriver en finale contre un adversaire qu’il avait déjà battu quatre fois depuis le début de l’année, ça aide son homme! Libéré de ses peurs depuis la conquête de la Coupe Davis par la Serbie, comme il l’a admis après le match, Djokovic atteint le sommet de l’ATP pour la première fois de sa carrière et n’a perdu, à ce jour, qu’un seul match cette saison, soit contre Roger Federer à Roland-Garros, alors qu’il jouait pour le record du meilleur début de saison de l’ère Open.

 

Hier, Djokovic a été accueilli en héros à Belgrade, qui célébrait son premier numéro 1 mondial au tennis masculin. Toute une fête pour le champion, mais j’ai bien hâte de voir comment il réagira maintenant qu’il est le chassé et non plus le chasseur.

 

Rafael Nadal dont les bobos font (encore) trop jaser

C’est un peu dommage que l’équipe de Rafael Nadal ait passé presque plus de temps à nier les rumeurs de blessure qu’autre chose dans la dernière semaine. Parce qu’au fond, le maintenant de retour au numéro 2 mondial a joué un excellent tournoi… jusqu’à la finale, où il a été très souvent crispé, pris de court par les frappes de Djokovic et sans réponses face à celui qui l’a battu à son propre jeu.

 

Toutefois, parions qu’il saura trouver ces réponses très rapidement dans les prochaines semaines. Déjà, après le match, il offrait des éléments de réponses en suggérant qu’il devrait peut-être jouer de façon plus agressive, auto-analyse nadalienne avec laquelle je suis complètement en accord. Car si son jeu à la base défensif convient contre la très grande majorité des adversaires, il est désormais clair qu’il ne convient pas contre un joueur comme Djokovic. Quitte à en rater plus souvent, pourquoi ne pas monter plus souvent au filet, plutôt que lorsque le moment est parfait, par exemple?

 

Par contre, ce sont surtout ses bobos qui ont fait jaser dans les derniers jours, que ce soit suite au match contre Juan Martín del Potro, alors que l’arbitre a vraiment erré, mais je ne reviendrai pas là-dessus, ou encore dans les jours qui ont suivi, puis surtout dimanche soir et hier, alors qu’un journaliste du Times avait mentionné que Nadal souffrait d’une micro fracture du pied, chose qui a rapidement été réfutée par Toni Nadal, oncle et coach de Rafa, puis, quelques heures plus tard sur Twitter, par son agent, Benito Barbadillo. Neil Harman s’est, depuis, excusé d’avoir véhiculé une telle information. Ça avait fait plutôt boule de neige dans les médias anglophones et francophones, disons.

 

L’incroyable saison sur gazon de Jo-Wilfried Tsonga

À mes yeux, il est vraiment l’un des joueurs à avoir le plus marqué cette édition de Wimbledon. Déjà qu’il avait été fort impressionnant à Queen’s, défaisant Rafael Nadal en route vers la finale (l. Andy Murray), Jo-Wilfried Tsonga a été impressionnant durant le Grand Chelem londonien, que ce soit par ses sauts, ses volées, ses plongés tous plus spectaculaires les uns que les autres, mais aussi et beaucoup en raison de ce retour incroyable qu’il a effectué en quarts de finale pour vaincre Roger Federer, six fois champion du tournoi.

 

J’ai toujours vu Tsonga comme un joueur explosif, dynamique et spectaculaire, mais pas aussi fantasque, Dieu merci, que son compatriote Gaël Monfils. Car si La Monf ne calcule pas toujours la portée de ses (grands) écarts et de ses (triples) sauts, ce qui lui a valu nombre de blessures, Jo, pour sa part, sait très bien calculer quand il peut sauter ou plonger et le gazon lui permet de vraiment bien réussir ce genre de jeu. Son match de demi-finale contre Djokovic, comme le montre ce condensé de points spectaculaires, en est la parfaite illustration :

 

 

Malheureusement, on retrouve plus souvent Tsonga sur le carreau qu’ailleurs depuis quelques années, et c’est bien dommage, car en santé, il a démontré qu’il est un joueur solide qui peut vaincre les meilleurs.

 

L’éclosion de Bernard Tomic?

Si l’Open d’Australie a permis à la planète tennis d’assister à l’éclosion de Milos Raonic, Wimbledon nous aura peut-être permis d’assister à celle de l’Australien de 18 ans Bernard Tomic. Plus connu pour ses bêtises d’adolescent et son arrogance que pour son pourtant immense talent, Tomic aura fait parler de lui pour les bonnes raisons durant cette quinzaine avec son jeu alliant un joli mélange de défensive et d’offensive (mais surtout la première), qui n’est pas sans rappeler un certain Andy Murray au même âge.

 

Il sera intéressant de suivre les prochains tournois de Tomic et de voir si cet incroyable Wimbledon, qui l’a vu, issu des qualifications, vaincre les Nikolay Davydenko, Robin Söderling et Xavier Malisse, mais aussi donner beaucoup de fil à retordre à Novak Djokovic en huitièmes de finale, n’est que le début de ce qui s’annonce comme une belle carrière pour l’Australien. Un autre jeune de la nouvelle génération qu’il sera intéressant de voir évoluer dans les mois à venir. Dans son cas, c’est vrai tant côté tennis que côté prise de maturité.

 

Des mentions spéciales

Je me dois de faire des mentions spéciales pour la performance dans ce Wimbledon de Xavier Malisse, de Mardy Fish et de Feliciano López, trois vétérans qu’on a trop souvent tendance à oublier (quoiqu’un peu moins maintenant pour Fish, qui est tout de même dans le top 10) et qui nous ont fait vivre de beaux moments de tennis durant ce tournoi, eux qui pratiquent un style qui se voit de moins en moins, tout en attaque et beaucoup en finesse.

 

Un style très adapté pour le gazon, quoi. Ça a été un réel plaisir pour moi de les voir jouer, même si je ne les ai que peu, voire pas vus en direct durant la quinzaine.

 

Une autre mention pour le retour à Wimbledon de Fernando González, qui s’est incliné au troisième tour face à Jo-Wilfried Tsonga, à son deuxième tournoi non-Challenger depuis son retour au jeu, après plus de huit mois d’absence suite à une chirurgie à la hanche.

 

Et voilà qui complète ce bilan de Wimbledon. Encore une fois merci d’avoir été présents pendant cette quinzaine qui a été plutôt difficile pour moi et qui m’a presque complètement fait rater la première semaine entière. Demain, quelques mots sur l’affrontement de Coupe Davis Argentine – Kazakhstan (qui s’amorce jeudi, raison pour laquelle j’en traiterai demain) et jeudi, sur tous les autres affrontements du weekend.

 

(Photos : Getty)

20 Commentaires

Classé dans Andy Murray, Bernard Tomic, Feliciano Lopez, Fernando Gonzalez, Gael Monfils, Grand Slams, Jo-Wilfried Tsonga, Marcos Baghdatis, Mardy Fish, Milos Raonic, Nikolay Davydenko, Novak Djokovic, Poulains, Rafael Nadal, Robin Soderling, Roger Federer, Tennis canadien, Tennis espagnol, Wimbledon, Xavier Malisse

20 réponses à “Wimbledon, le bilan – Nole, Jo, Bernard et quelques autres

  1. Le top 10 des meilleurs points de Wimbledon, selon NBC. Le match Tsonga – Djokovic y est cité trois fois. Heureusement, on se souvient plus de ces points spectaculaires que du reste du match.😛

    Par ailleurs, je ferai également ce soir une parenthèse sur ESPN, qui a obtenu les droits de diffusion de Wimbledon jusqu’à la finale. Finis les matchs en différé!

  2. super bilan… je bois vos paroles Mlle🙂

    et ce vidéo est vraiment excellent !!!😉

  3. Haha! Gino, mes paroles sont donc comme le vin et s’améliorent avec le temps.😛 Merci!🙂

  4. El_Sapo

    Merci Caro, beau texte court et complet! Bientôt les gens vont coire que je suis un « fan fini » de Tsonga avec mon avatar 😀

  5. @ Sapo😆 Saute, crapaud!😀

    @ Gino
    J’ai une question professionnelle à te demander. Peux-tu m’envoyer un courriel dès que possible SVP?

  6. Mais reste que Tsonga est quand même plus beau qu’un crapaud.😉

  7. Je prie pour que FAC jouera aussi bien que sa performance a SW19… j’ai besion un souffre douleur en ascension, car la Doubeliou est sur la PENTE:mrgreen:
    C’est nettement moins le fun d’en prendre sur quelqu’un en pente descendante… tse… comme Rafa…😆

    PS: Je suis curieux de le voir evoluer avec Ryan, Dimitrov, Dolgo (qui me fait perdre des piscines) et Berankis; un peu comme j’ai vu evolue le « Brat Pack » d’acteurs de « St. Elmo’s Fire » et de « Breakfast Club »… http://nymag.com/movies/features/49902/

  8. liliquebec

    @ Lapin

    Je vais t’en faire une moi, une pente descendante! Un peu de lapin sauté à la casserole, ça te dirait! Bien assaisonné à part de ça!🙂

  9. @lili🙄 🙄 🙄 🙄 🙄
    Quand on n’est meme plus capable LE gars le plus hot de l’heure… on est sur la pente… pfffff! (😆 ).
    Il se venge sur mon pauvre Daveed pour gagner des tournois. Avec le complexe espagnol, Daveed pliait bagage souvent… Daveed lui a arrache un match (AO 2011) grace a une « blessure »… EEEK!

    PS: pi touche pas a GOAT… il me semble qu’un ragout de lapin est meilleur que celui de chevre… Tiens un lapin au vin (bien arroser au Ripasso SVP!) au lieu du traditionnel Coq-au-vin …😉

  10. 😳
    Quand on n’est meme plus capable de battre LE gars le plus hot de l’heure…

  11. liliquebec

    @ Lapin

    Rafa attend simplement qu’il ait refroidi un peu !🙄

  12. @lili PFFFFFFFFFFFFFFFFFFF
    (Rogeur a attendu aussi que Rafa soit refroidi… mais il ne blesse jamais🙄 )

  13. Chessmaster

    Super le condensé du Top 10, trop for Mansour sur le top 7!

  14. @ Lapin

    Et que feras-tu quand Tomic aura grandi et que, comme la majorité d’entre nous, tu ne pourras t’empêcher de l’apprécier?😉

    @ Lili

    Nadal n’a pas encore compris qu’il faut battre le Serbe pendant qu’il est chaud. Zut! Il aurait donc dû jouer contre lui lundi soir!:mrgreen:

    @ Chess

    J’ai vu ce point samedi, ils l’ont montré pendant la finale du double masculin. J’étais vraiment sur le derrière. Mais bon, c’est du double légende, alors il y a un peu de trucs d’exhibition comme ça. Toujours amusant à regarder!🙂

  15. @chica
    EEEEK,SVP ne mets pas des idees dans ma tete d’un coups que je vais l’aimer pour de vrai… Vous allez avoir tout un FACfefefan a endurer…😆

    Je m’en allait prier pour que le « Brat Pack » lui depasse…. et vlan, Grigor me pose un Dolgo… Il a perdu contre Denis Kudla, que je connais pas (il joue au college Tennis). Denis a tout de meme battu Dr Ivo a la premiere ronde…😯 (a suivre??? je ne sais pas encore)…

  16. EEEEK, chica, maudite chanceuse de pouvoir « participer » a cette experience… ne faispas comme moi, ie s’endormir pendant le show… Pas de danger ave les decibels qui t’attendent avec U2…😆
    http://bit.ly/nuUsKA

    Es tu dans la queue presentement??? Il y a deja du monde devant l’hyppodrome…

  17. @ Lapin

    ROFL Non, j’ai des billets à des endroits prédéfinis, pas admission générale. Et j’ai congé vendredi pour justement être en forme pour le show.

    Et j’ai tellement hâte!!! Mon rêve d’ado de les voir!

  18. avec toutes les meilleures tounes en plus…. EEEEK!

  19. @ Lapin

    Va voir des DM!😦 Avoir su!

  20. Bon, je devais parler de l’entente entre ESPN et le tournoi de Wimbledon pour la diffusion, mais je manque… de temps.

    Tout de même, aperçu de la confrontation Argentine – Kazakhstan en ligne. Comme c’est la seule qui commence demain, j’ai pu en mettre un peu plus.😉