C’était un grand match!

Avec l’affiche qu’il y avait à Valence, et le fait que les deux finales étaient disputées en même temps, j’ai rapidement fait le choix de regarder ce qui se passait à l’Agora (malgré de nombreux problèmes pour voir le match) plutôt que ce qui se passait à Bâle et je n’ai pas regretté ce choix, tant la finale suisse était prévisible et l’espagnole, relevée.

 

Des « négligés » à ne pas négliger

(Photo: Pedro Armestre/AFP/Getty Images)

Marcel Granollers a montré des flashes de ce qu’il a fait toute la semaine tout au cours de l’année. Gagnant à Gstaad un peu plus tôt cette année, pour son premier titre en trois ans, l’Espagnol a montré cette semaine pourquoi il monte en puissance depuis exactement un an. Doté d’un grand talent au filet, celui qui était connu surtout comme un joueur de double par le passé a réussi à prendre d’assaut le devant du court pour encore une fois épater la galerie, et ses nombreux supporters, dans une bataille de trois heures contre l’Argentin Juan Mónaco.

 

Je le dis de façon régulière depuis les débuts de ce blogue et même avant : il ne faut jamais sous-estimer Juan Mónaco, dont le début de carrière prometteur a été trop souvent ralenti par les blessures. Ayant su les éviter en grande partie cette année, il est passé par plusieurs mois d’ajustements divers sur plusieurs aspects de son jeu (particulièrement son service et son jeu au filet) et depuis quelques semaines, on a vu plusieurs belles choses dans son tennis, qui ont vraiment connu leur aboutissement cette semaine. Personnellement, la dernière fois que je l’ai vu aussi bien jouer, c’était en 2007 et au début de 2008, avant sa première blessure sérieuse. Alliant rapidité d’exécution et son style particulier de contreur, Pico a vraiment disputé un tournoi impressionnant pour se rendre en finale, et le match d’aujourd’hui n’a pas été différent, malgré un peu de nervosité en début de match, qu’il a rapidement vaincue.

 

(Photo: Pedro Armestre/AFP/Getty Images)

Deux joueurs qui partaient comme négligés en vertu de leur classement, mais aussi, soyons francs, de leur passé, mais qui ont offert un spectacle incroyable pendant un peu plus de trois heures, où ils ont tous les deux donné tout ce qu’ils avaient pour remporter un titre qui aurait revêtu pour chacun une importance particulière. Allant d’échanges souvent longs et âprement disputés à des jeux au filet à couper le souffle (particulièrement du côté de l’Espagnols), se livrant une incroyable bataille de nerfs, c’est finalement Marcel Granollers qui a remporté le duel, devant sa famille et ses proches, 6-2, 4-6, 7-6(3), alors même qu’il a tiré de l’arrière pendant la majeure partie de la manche décisive.

 

Toutefois, Mónaco aurait tout aussi bien pu l’emporter, lui qui avait l’avance à la troisième manche, mais un jeu de service moins bon que les précédents (peut-être trop tendu?) lui a coûté cette avance, même s’il s’est accroché et a tout tenté jusqu’à la toute fin pour se mériter un premier titre en quatre ans, titre qui devra malheureusement attendre à l’an prochain, souhaitons-le.

 

C’est vraiment dommage qu’il ait fallu un gagnant dans ce match, tellement les deux finalistes méritaient le titre. Les deux méritent donc toutes nos félicitations pour cette incroyable semaine et, dans les deux cas, espérons qu’ils trouveront enfin la confiance et la constance de nous offrir encore une fois de tels moments.

 

Prévisible Bâle

Kei Nishikori (g) et Roger Federer (d) (Photo: Harold Cunningham/Getty Images)

Kei Nishikori, qui a battu deux joueurs du top 10, dont le numéro 1 mondial, en route vers la finale suisse, s’est fait servir toute une leçon de tennis gracieuseté de Roger Federer, qui semblait avoir retrouvé sa forme des bons jours pour l’emporter, chez lui, 6-1, 6-3. Pas un résultat très surprenant compte tenu de l’adversaire (sans rien vouloir lui enlever) et de l’enjeu, soit un cinquième titre dans sa ville natale. C’est tout de même un premier titre pour Federer en une dizaine de mois, ce qui assurément lui donnera faim pour d’autres titres, lui qui doit défendre une demi-finale à Paris cette semaine et le titre à Londres, dans deux semaines.

 

Et comme l’an dernier, c’est en partageant la pizza avec les chasseurs de balle que le Suisse a célébré son triomphe.

 

Demain, Paris… 

Le dernier Masters 1000 de l’année s’amorce demain, sans son champion en titre, Robin Söderling, encore aux prises avec la mononucléose et qui avait annoncé il y a quelques semaines qu’il tirait un trait sur l’année 2011 pour se remettre complètement pour 2012 (on le lui souhaite).

 

Il s’amorcera également sans Rafael Nadal, qui a annoncé son forfait cette semaine, préférant se reposer en vue du Masters de Londres et de la finale de la Coupe Davis, et il pourrait aussi s’amorcer sans Novak Djokovic, qui est blessé à l’épaule et est retourné à Monaco passer des tests supplémentaires pour savoir s’il pourra jouer ou non.

 

Et aujourd’hui, ce fut au tour de Juan Martín del Potro d’annoncer son forfait en raison d’une blessure à l’épaule, lui qui a passé des tests à Paris et est retourné à Buenos Aires pour en passer d’autres afin de connaître la gravité exacte de la blessure. À environ trois semaines de la finale de la Coupe Davis, on ne peut lui en vouloir d’être prudent. Il est donc assuré que del Potro ne sera pas à Londres et ne finira pas l’année dans le top 10, mais ses résultats cette année ont tout de même été incroyables, comme il l’a mentionné plus tôt aujourd’hui dans cette entrevue qu’il a accordée à son compatriote Jorge Viale (article en espagnol). Espérons que ce ne soit que préventif, mais notons tout de même que trois des cinq membres de l’équipe argentine sont donc inactifs jusqu’à la grande finale, David Nalbandian étant en préparation pour la finale à Buenos Aires depuis quelques jours (remis de sa blessure) et Juan Ignacio Chela ayant également décidé de faire l’impasse sur Paris pour se reposer pour cette raison.

 

Le tournoi s’amorce donc demain, et l‘horaire indique plusieurs matchs intéressants.

 

…mais aussi Buenos Aires

Parce que je surveillerai attentivement le Challenger de Buenos Aires (la Copa Topper) cette semaine. Avec quelques-uns de mes poulains qui y participeront, un de mes favoris, et beaucoup de joueurs que j’ai hâte de voir ou de revoir, et plein de petits trucs intéressants qui devraient, je l’espère, venir agrémenter mon blogue anglophone tout au long du tournoi.

 

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je ne tiens pas le pool de Paris-Bercy.

 

Fin des qualifications et début du premier tour demain et j’espère que nous aurons la chance de voir des matchs.

4 Commentaires

Classé dans ATP500, Challengers, David Nalbandian, JM Del Potro, Juan Ignacio Chela, Juan Monaco, Kei Nishikori, Marcel Granollers, Novak Djokovic, Rafael Nadal, Robin Soderling, Roger Federer, Tennis argentin, Tennis espagnol

4 réponses à “C’était un grand match!

  1. Celle-ci, je la devais à Victo. C’est grâce à lui que j’ai pu faire cette visite, l’été dernier, et recueillir ceci ;

  2. Ahhh les explications technique du hawkeye…Je me souviens tres bien de cette matinée!

    Kunitsyn remplace Delpo dans le draw.

    Le spectacle de lumiere pour la presentation des joueurs est assez spectaculaire, merci. Bercy a meme creer un personnage virtuel pour annoncer les matchs. J’espere que les images a la télé vont y rendre justice.

  3. bonne fete à Dolgo, 23 ans

  4. J’ai hâte de voir ces animations, Victo!🙂 Mais on n’aura rien à la télé pour l’instant, de ce que j’ai pu voir. Rien en direct à tout le moins.😦

    C’était effectivement une matinée mémorable. En fait, toute la semaine avait été mémorable.🙂